accueil   présentation   rechercher   s'enregistrer   liens        

 Vous êtes ici: Accueil >  Sommaire des numéros parus >  N° 93 septembre 2007

Ecrire au poivron

RUBRIQUES:


AGENDA / EN BREF:

_____________________

Site réalisé avec SPIP

        La démocratie, le respect de la loi, le pluralisme...

        Longue vie à la République autonome socialiste de Montreuil

        A regarder sa presse, ses banderoles, le nom de ses rues, de ses bâtiments publics, Montreuil est de tous les combats progressistes et ceci, depuis des décennies.

    Montreuil ? non, sa municipalité, tous les combats ? non, seulement ceux du courant qui a dirigé la ville depuis 1935.

    Un consensus étrange subsiste autour de cette pratique consistant pour la municipalité à se substituer aux partis politiques, aux syndicats, aux citoyens eux-mêmes pour mener des campagnes d’opinion. Montreuil est contre la guerre en Irak, contre la privatisation d’EDF, Montreuil est dreyfusarde, elle s’oppose au départ de « son » service de cardiologie, Montreuil développe la coopération entre Hanoï et Bamako ...

    La démocratie, c’est d’abord le respect de la loi. Celle-ci ne permet pas à une commune de se comporter comme une république autonome qui aurait sa propre politique dans tous les domaines. Lors de ce mandat, j’ai contraint le maire à faire voter par le conseil municipal - une première ! - la pose des banderoles au fronton de la mairie. Pour ne pas être censuré par la justice, il a été assez malin pour lui faire voter le retrait de ces banderoles. Cette “astuce” ne marchera pas une fois de plus.

    La loi impose aux municipalités de s’en tenir à la gestion des affaires municipales. Je propose que les futurs édiles montreuillois respectent la loi.

    Mais il n’est pas seulement question de cela, la démocratie ne se décrète pas, elle se construit tous les jours, en respectant les opinions de tous ; pourquoi un Montreuillois favorable à la privatisation d’EDF devrait-il supporter une banderole au fronton de sa mairie refusant cette privatisation ? Au fait, à quoi sert cette banderole ? La démocratie se construit aussi en recherchant systématiquement la participation des citoyens ; bien difficile de l’obtenir quand ceux-ci sentent que la gestion de leur ville est entre les mains d’un parti, pire, d’un clan plutôt que d’une équipe déterminée à rassembler au lieu de diviser.

    Il ne s’agit pas de renier l’histoire de Montreuil. Au contraire, mais cette histoire est faite d’ombres et de lumières, comme celle de la France, mieux vaut les découvrir et les comprendre plutôt que d’honorer des reliques. Un certain mois de juin 1988, le maire sortant, nouvellement élu député, avait prétendu faire entrer Montreuil à l’Assemblée Nationale. Je propose d’en finir avec cette vision clochemerledienne de la politique, je propose que les règles de la démocratie française s’appliquent de nouveau pleinement à Montreuil.

    François Fatoux


    IMPRIMER