accueil   présentation   rechercher   s'enregistrer   liens        

 Vous êtes ici: Accueil >  Sommaire des numéros parus >  N° 92 juin 2007

Ecrire au poivron

RUBRIQUES:


AGENDA / EN BREF:

_____________________

Site réalisé avec SPIP

        Un an après ils sont toujours sous notre protection !

        Laissez les grandir ici !

        Un an après la circulaire Sarkozy du 13 juin 2006, le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) maintient une solidarité sans faille aux côtés des familles d’enfants scolarisés, toujours menacées d’expulsion, sans papiers ou en situation administrative précaire.

    La circulaire Sarkozy promettait la régularisation aux familles d’enfants scolarisés remplissant un certain nombre de critères. Pour toutes ces familles, la circulaire a représenté un grand espoir. Ils ont été plus de 30 000 à s’adresser aux préfectures pour présenter leurs dossiers. Quelque six mille d’entre eux ont obtenu satisfaction alors que les autres étaient refusés sans qu’on sache pourquoi ni comment puisqu’ils remplissaient parfaitement les critères énoncés par la circulaire. L’arbitraire le plus total a présidé au choix des heureux élus dont le nombre était arrêté d’avance. Le manque de concertation entre les préfectures a entraîné des pratiques très différentes d’un département à l’autre, bafouant ainsi le critère d’égalité.

    Dans le département de Seine-Saint-Denis, sur 6000 personnes qui avaient déposé des dossiers, 1000 seulement ont été régularisées. Les recours gracieux adressés au Préfet sont restés sans réponses, pour la quasi totalité d’entre eux, malgré les mobilisations répétées.

    A Montreuil, plusieurs dizaines de familles ont été régularisées depuis la circulaire, une grande partie avec l’aide de RESF. Certaines ne s’étaient pas fait connaître au moment de la circulaire, et l’ont été dans le cadre de la loi actuelle. C’est à la fois beaucoup, mais peu, au regard des situations réelles d’enfants sans papiers connues par les directeurs (trices) d’école.

    Nous restons à leurs côtés

    Pendant toute l’année scolaire, les comités de soutien ont continué à se battre pour protéger ceux dont la demande de régularisation a été injustement et arbitrairement refusée, ceux qui ont été interpellés au hasard de rafles de plus en plus fréquentes, ou d’un contrôle malvenu. En face de quelques régularisations obtenues par les mobilisations, chaque jour ou presque, au niveau national, l’arrestation d’un parent d’élève, d’un lycéen, était portée à connaissance de RESF.

    A Montreuil, RESF a aussi vécu au rythme des rares régularisations, et des plus fréquentes interpellations. Ainsi, ces dernières semaines, la famille C., dont nous avions exposé le cas dans Le Poivron de février, a finalement été régularisée ; elle avait été parrainée il y a un an, puis le mari expulsé en décembre et revenu en janvier. Depuis début mai, il y a eu au moins trois interpellations, heureusement non suivies d’expulsion, dont le père de deux collégiens de Politzer. Dans ce cas (une infraction au code de la route), le débrayage a été immédiat parmi les enseignants du collège.

    Un réseau de vigilance pour l’été

    Depuis un an, de nouveaux cas d’enfants sans papiers sont apparus. Des lycéens sont devenus majeurs, rendant encore plus précaire leur situation administrative.

    Les familles régularisées à la fin de l’été dernier ont eu en général des cartes provisoires de séjour d’un an. Leur échéance est en septembre ou octobre. Les familles doivent se présenter à la Préfecture avant l’échéance pour obtenir le renouvellement de leur carte. L’angoisse est certaine : nouvelle loi depuis un an, élection de Sarkozy et nouveau ministère, critère du contrat de travail...

    En période de vacances scolaires, la solidarité de proximité est plus difficile à organiser, parents, voisins et enseignants étant moins présents. RESF-Montreuil a donc, comme l’an passé, constitué un réseau d’alerte et de vigilance, basé sur les militants du réseau présents aux différentes périodes.. Un appel est aussi lancé aux personnes ayant participé aux parrainages l’an passé, aux mobilisations de cette année, à faire connaître leur présence à Montreuil cet été.

    Un numéro de RESF-Montreuil est à disposition pour les urgences locales : 06 24 72 53 79.

    Tous les renseignements sont sur son site http://resf93.canalblog.com Plus généralement, le site national de RESF donne plein d’informations utiles : www.educationsansfrontieres.org

    Il est inacceptable que des parents, des enfants, des jeunes majeurs vivent dans la peur quotidienne d’une arrestation, d’une expulsion. Le mouvement de solidarité suscité par le sort de ces milliers de familles et d’enfants est porté par une exigence simple : laissez-les grandir ici, dans la dignité et la légalité.

    Patrick Petitjean


    IMPRIMER